Modele grosse tresse africaine avec meche

Les tresses sont une partie intégrante de la culture noire, mais les nattes africaines continuent d`être détournés coiffure-une tresses de la Boxer et plus récemment Bo Roderick tresses. «J`ai dit à un groupe d`amis à moi que je pensais à obtenir des tresses parce qu`ils aideraient vraiment mes cheveux poussent», se souvient-elle. “Un de mes amis m`a dit, je ne pense pas que vous devriez le faire parce que je pense que les filles noires avec des tresses look ghetto.” Shain Crowe est un artiste interdisciplinaire qui utilise son compte Instagram pour présenter des coiffures tressées qui racontent des histoires de la diaspora africaine. Ici, vous trouverez une variété de styles tressés à signet pour votre prochaine visite au salon de tressage. Suivez ce compte pour la meilleure alimentation en tresses sur le gramme. La société semble généralement être obsédée par la haïe sur les «grandes» choses (qu`il s`agisse de grands corps, nez, ou avant-têtes). Mais avoir un grand front est en fait une chose incroyablement belle. La Reine Elizabeth I était célèbre pour non seulement embrassant les gros fronts, mais les convoquant. En fait, pendant son temps, il était considéré comme «aristocratique» d`avoir un grand front. Selon le Daily Mail, les gens seraient voûtes leurs sourcils, arracher leurs cheveux, et porter des perruques qui ont repoussé la ligne de cheveux afin de rendre leurs fronts apparaissent plus élevés.

Parmi les éloges pour la photo magnifique, quelqu`un a écrit: «qu`est-ce avec ces gens ghetto Vogue été montrant dernièrement n`est pas la vogue du tout. Oui, c`est vraiment arrivé, dans l`année de notre Seigneur 2018. Elle canalise la Reine Elizabeth I avec ses cheveux roux, son front haut et son statut de Reine. En réponse, Mitchell se sentait obligé de discuter de la situation sur son Instagram Story et expliquer pourquoi les commentaires comme ceux-ci sont si problématiques et bouleaux. “La raison pour laquelle les femmes noires [et] les gens de la couleur se battent si dur pour la représentation, la diversité, et sur l`appropriation culturelle est à cause de cela. Tout ce que je ressemble est considéré comme «branché» dans les médias et à la mode en ce moment», écrit-elle avant de lister ses taches de rousseur, les tresses et les grosses lèvres. «Mais sur une femme noire, c`est «ghetto» pour aucune raison, et nous sommes fatigués de lui. Mitchell aimerait faire le message fort et clair en utilisant sa plate-forme que les tresses sont plus qu`un simple style protecteur. Ils sont quelque chose «les gens utilisent pour les profiter à long terme quand ils essaient d`atteindre leurs objectifs cheveux», explique-t-elle.

«Ils nous permettent la polyvalence et nous obtenons de laisser nos cheveux grandir beaucoup plus vite, donc je ne comprends même pas comment [la «Ghetto»] connotation est venu. Ce ne sont que des tresses. Ce n`est pas si grave. Mais quand je les porte, je ne veux pas être considéré comme un ghetto, et je ne veux pas que les gens soient tournés vers moi parce que j`ai décidé d`avoir le style que vous venez de voir sur quelqu`un d`autre que vous pensiez être novateur et créatif. Cette page de salon de tressage Brooklyn basée est remplie à ras bord avec des coiffures complexes inspirées par ceux qui sont venus avant nous.