Modele de sig

Il y aura plus de discussion sur les tables attributaires dans la section suivante, le modèle de base de données relationnelle, mais le modèle de données tabulaire mérite d`être mentionné ici. Chaque couche est une combinaison des données de coordonnées (vecteur) et une table attributaire contenant un enregistrement pour chaque entité vectorielle. Les enregistrements détiennent des attributs pour l`entité, tels que le nom de la ville, le numéro de point d`échantillonnage ou la fréquence de la tour radio. Dans cet exemple, les aéroports représentés en tant que points et sont associés à leur nom ainsi qu`à d`autres codes dans la table attributaire de couche de points. Les transformations géométriques qui surviennent lors des efforts de reprojection de carte peuvent entraîner des problèmes pour les graphiques raster et représenter un troisième inconvénient à l`utilisation du modèle de données raster. Comme décrit au chapitre 2 «anatomie de la carte», section 2,2 «échelle de carte, systèmes de coordonnées et projections cartographiques», la modification des projections de carte modifiera la taille et la forme de la couche d`entrée d`origine et entraînera fréquemment la perte ou l`addition de pixels (blanc 2006). Blanc, D. 2006. “Affichage de la perte de pixels et de la réplication dans la projection de données raster à partir de la prévision sinusoïdale.” GeoCarto international 21 (2): 19 – 22. Ces modifications résulteront en des pixels carrés parfaits de la couche d`entrée prenant sur certaines cotes rhomboïdales alternées. Cependant, le problème est plus grand qu`une simple réforme du pixel carré.

En effet, la reprojection d`un jeu de données d`images raster d`une projection à une autre apporte une modification aux valeurs de pixel qui peuvent, à leur tour, modifier sensiblement les informations de sortie (Seong 2003). Seong, J. C. 2003. «Modélisation de la précision de la reprojection des données d`image». Revue internationale de télédétection 24 (11): 2, 21. Les modèles de données vectorielles peuvent être structurés de différentes façons. Nous examinerons ici deux des structures de données les plus courantes.

La structure de données vectorielles la plus simple est appelée le modèle de données de données spaghetti modelA dans lequel chaque entité ponctuelle, linéaire et/ou surfacique est représentée sous la forme d`une chaîne de paires de coordonnées X, Y sans structure inhérente. (Dangermond 1982). Dangermond, J. 1982. “Une classification des composants logiciels couramment utilisés dans les systèmes d`information géographique.” Dans les actes de l`atelier américano-australien sur la conception et la mise en œuvre de systèmes d`information géographique informatisés, 70 – 91. Honolulu, HI. Dans le modèle spaghetti, chaque entité point, ligne et/ou polygone est représentée sous la forme d`une chaîne de paires de coordonnées X, Y (ou en tant que paire de coordonnées X, Y dans le cas d`une image vectorielle avec un seul point) sans structure inhérente (figure 4,9 «modèle de données spaghetti»). On pourrait envisager chaque ligne dans ce modèle d`être un seul brin de spaghetti qui est formé en formes complexes par l`addition de plus en plus de brins de spaghetti. Il est à noter que dans ce modèle, tous les polygones qui se trouvent à côté de l`autre doivent être faits de leurs propres lignes, ou des stands de spaghetti.

En d`autres termes, chaque polygone doit être défini de manière unique par son propre ensemble de paires de coordonnées X, Y, même si les polygones adjacents partagent exactement les mêmes informations de limite.